Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 08:30

Le Parti communiste s'est doté d'une nouvelle direction, jeudi 14 février, élue au sein de son conseil national (CN), le parlement du parti composé de 166 membres. Sur proposition de Pierre Laurent, le secrétaire national du parti tout juste réélu lors du 36e congrès du parti, le CN a élu Isabelle de Almeida, une assistante sociale de 46 ans, responsable PCF en Côte-d’Or, à sa tête. Jean-Louis Lemoing a lui été confirmé comme trésorier.

Au niveau de la direction, le conseil exécutif national a également été élu jeudi. Il est désormais composé de 34 membres à parité, contre 32 auparavant. 12 nouvelles têtes y font leur apparition. A noter que Marie-George Buffet quitte cette instance mais reste membre du conseil national. La coordination nationale – la direction resserrée du parti - est quant à elle composée de 10 personnes et est désormais à parité. Seuls deux membres – deux femmes – y font leur entrée : Lydia Samarbakhsh, qui travaille avec M. Laurent et s'occupera désormais du secteur international, et Marie-Pierre Vieu, chargée des relations avec le Front de gauche.

Les responsabilités de chacun devraient être précisées lors d'une prochaine réunion du conseil national le 9 mars. Mais certaines ont déjà été actées. Outre Lydia Samarbakhsh et Marie-Pierre Vieu, Patrice Bessac, qui reste membre de la coordination, n'est plus porte-parole mais continue à s'occuper de la formation des militants et, nouveauté, de la communication interne. Olivier Dartigolles reste le seul porte-parole aux côtés de M. Laurent. Lydie Benoist, chargée jusqu'alors des élections, laisse son poste à Pascal Savoldelli pour s'occuper de la "promotion des cadres".

Après le rejet de la proposition de loi PCF autour de l’amnistie sociale des syndicalistes, mercredi, en commission des lois du Sénat, Pierre Laurent a annoncé que son parti souhaitait "amplifier la mobilisation" autour de ce texte avec un meeting à Paris le 25 février, où devraient être présents des syndicalistes menacés de sanctions pour leur engagement. Un rassemblement sera aussi organisé par le Front de gauche devant le Sénat le 27 février, jour où la proposition de loi sera examinée.

M. Laurent a également indiqué, jeudi, que, suite au scandale de la viande de cheval, les parlementaires Front de gauche déposeront une proposition de loi en faveur de l'indication géographique obligatoire des produits transformés et qu'ils demanderont l'ouverture d'une enquête sur le sujet. Le PCF compte également profiter du Salon de l'agriculture, qui ouvre ses portes le 23 février et où une délégation PCF conduite par Pierre Laurent se rendra, pour développer ces thématiques.

Au niveau de notre section Gard Rhodanien le Comité de section se réunira le 27 février prochain et élira le nouveau secrétariat de section. En attendant la campagne contre l'austérité se poursuit dans le Gard Rhodanien (comme au niveau national) et une série de distribution de tracts est au programme des militants.

Repost0
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 19:25

 

Les députés communistes et du Front de gauche, avec à leur tête André Chassaigne, ont déposé une proposition de loi d’amnistie des syndicalistes.

Pour lui donner plus de force, nous vous proposons de signer une pétition soutenant la demande d’examen de la « proposition de loi portant amnistie des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives » présentée par les députés du Front de Gauche.

Faites tourner cette pétition, reprenez-là, diffusez-là, que nous soyons nombreux à exiger cette mesure de justice.

 

Monsieur le Président : il faut amnistier les syndicalistes !

Les cinq dernières années passées sous la présidence de Nicolas Sarkozy auront constitué pour le monde du travail un désastre incommensurable, avec la destruction méticuleuse et méthodique du modèle social français. Du système des retraites au code du travail, en passant par la protection sociale et les services publics, aucune spécificité sociale française n’aura échappé au rouleau compresseur libéral.

 

Je soutiens la demande d’examen de la « proposition de loi portant amnistie des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives » présentée par les députés du Front de Gauche

POUR SIGNER CLIQUER ICI

 

Beaucoup de nos concitoyens se sont légitimement engagés dans des mouvements sociaux. Ils se sont exprimés pour faire respecter leurs droits fondamentaux, protéger leurs conditions de travail, préserver l’emploi, les services publics, un système de protection sociale efficace et solidaire, leur environnement. Alors qu’ils défendaient l’intérêt général, nombre d’entre eux ont fait l’objet de sanctions pénales, disciplinaires et de licenciements. L’objectif du pouvoir précédent était clair : imposer par la force la vision d’une société divisée, du chacun pour soi, où seules les logiques de l’argent dominent.

Et ce travail de casse sociale a été accompagné par une politique visant à criminaliser l’action syndicale. Sous tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy, de nombreux syndicalistes ont été attaqués pénalement du fait directement de leurs actions et engagements syndicaux. Trop de sanctions injustes ont été infligées qui ne visaient qu’à éteindre toute velléité de contestation. Et c’est parfois le simple affichage ou la distribution de tracts qui donnent lieu à des menaces ou assignations judiciaires !

L’action collective est pourtant un droit inhérent à toute démocratie. Ainsi, la Constitution de la Ve République reconnait au citoyen le droit de défendre ses droits et intérêts ainsi que le droit de participer à la détermination des conditions de travail et à la gestion des entreprises (alinéas 6 et 8 du préambule de la Constitution de 1946). Ces poursuites contre le monde syndical ont causé des dégâts considérables et participé à rendre délétère le dialogue social dans notre pays.

Le changement implique le retour au respect et au dialogue. Et cela commence par mettre en débat notre proposition de loi d’amnistie de tous les militants syndicaux menacés ou condamnés sous l’ère des gouvernements de la présidence de Nicolas Sarkozy, déposée à l’Assemblée nationale par les députés du Front de gauche. Elle se concentre sur les faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales ou revendicatives, ainsi que sur l’amnistie des sanctions disciplinaires. Cet appel à plus de justice mérite d’être relayé dans tout le pays.

Oui, Monsieur le Président, il faut amnistier les syndicalistes !

Repost0
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 00:31

Quel calcul tortueux a pu pousser hier des sénateurs de gauche à rejeter la proposition de loi «amnistie sociale» proposée par le groupe communiste, républicain et citoyen (CRC)?

N’auraient-ils pas dû s’insurger contre les procédures qui criminalisent l’action revendicative, se porter spontanément aux côtés des citoyens qui défendent leur emploi, leur école, leur hôpital, leur ligne de chemin de fer, leur voisin immigré, leur retraite et qui sont traités comme des délinquants ou des criminels?

Ont-ils été effrayés par la mystification du ministre de l’Intérieur annonçant des violences sociales?

La présence policière massive autour des manifestations de salariés ces derniers jours leur a-t-elle fait oublier l’image de ce jeune ouvrier en CDD d’Arcelor Mittal en Belgique, le visage ensanglanté, l’œil crevé par un tir policier?


L’agitation des peurs à l’égard des mouvements sociaux n’honore pas Manuel Valls, qui s’obstine à préférer Clemenceau qui pratiqua de féroces répressions sociales plutôt que Jaurès qui mettait son intelligence et son courage au service des verriers de Carmaux, des viticulteurs du Midi ou des mineurs de Montceau-les-Mines.

Il devrait méditer cet avertissement d’Albert Camus dansles Justes: «On commence par vouloir la justice et on finit par organiser une police»

Il était pourtant facile de discerner d’où venait la violence dans la journée d’hier, alors qu’un chômeur en fin de droits s’immolait par le feu à Nantes, devant l’agence de Pôle emploi où son dossier d’allocation avait été rejeté.

On cherchera – et on trouvera – les faiblesses qui ont pu conduire à ce geste.

Mais de quel côté se situent la cruauté et l’inhumanité?

Certains commentateurs, toujours prompts à présenter un jet d’œuf sur un PDG comme une atteinte à l’ordre, devraient se pencher un peu surles tragédies sociales.

Quant aux députés et aux sénateurs socialistes, PRG, EELV, ils ne peuvent se laisser «toucher par l’éternel sophisme qui, au nom de la liberté, consacre la perpétuité de la misère et destitue de tout droit les travailleurs épuisés par une vie de labeur», selon la formule du fondateur de l’Humanité.


Les parlementaires qui se sont fourvoyés ont l’occasion de se reprendre dans quelques jours.

 Le 27février, cette proposition de loi pourra être votéeen séance, de sorte que les travailleurs condamnésdans leur militantisme soient rétablis dans leurs droits.

 En appuyant ce texte, Christiane Taubira mettrait son crédit tout neuf, gagné de haute lutte dans la discussion du mariage pour tous, au service d’une cause qui a toujours séparé la gauche et la droite. «Cela constituerait enfin un premier signe positif en leur direction», estiment les sénateurs CRC. Un premier pas que bien d’autres pourraient suivre.

 

Editorial de Patrick Apel-Muller dans l'Humanté du 13 février.




 

Repost0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 20:39

 Le 36e Congrès du PCF vient de s'achever. Certains n'auront retenu que la question (marginale) du marteau et de la faucille, d'autres les relations du PCF avec le PS. Ceux-là n'ont rien compris. Ce sont les mêmes qui, depuis des années, prenant peut-être leurs rêves pour des réalités, annoncent régulièrement la mort du PCF.

Et pourtant on est toujours là !
Dans l'édito ci-dessous de notre camarade Hervé Bramy; il est question de l'actualité du PCF mais aussi de son avenir....
 
bramy--1-.jpg
"Le communisme reste plus que jamais d’une vibrante actualité. Les citoyens constatent au quotidien que la société dans laquelle ils vivent est bloquée, à l’arrêt, ne permet pas de saisir les évolutions et les progrès humains à la hauteur des possibilités qu’offre la période. Ils sentent bien qu’on empêche la société d'aller de l'avant.
Repost0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 08:50

Le 36e congrès du Parti communiste français s’est clos ce dimanche 10 février 2013 avec la réélection de Pierre Laurent, son secrétaire national qui a obtenu 100% des suffrages exprimés. Réuni à Aubervilliers en banlieue parisienne, le congrès n’a eu « pour la première fois depuis longtemps », à se prononcer que sur une seule liste ont souligné les organisateurs.

Personne ne s’étant présenté face à Pierre Laurent, il a obtenu 100% des 624 suffrages exprimés (92 blancs et nuls) sur les 716 votants lors de ce 36e congrès du Parti communiste français.

Aujourd’hui, les observateurs le constatent : le PCF réussit à ramener vers lui une nouvelle génération de militants. Sept mille nouveaux adhérents ont ainsi pris leur carte en 2012, deux fois plus que les années précédentes. Fort de cette dynamique, Pierre Laurent a voulu marquer sa position « nous ne sommes pas cantonnés dans l'opposition, nous sommes une force en mouvement » a lancé le secrétaire national lors de son discours de clôture, s’adressant ainsi à ceux qui, au Parti socialiste, lui reprochent d’affaiblir le gouvernement par ses critiques.

En martelant que « le cap actuel de la politique gouvernementale ne nous convient pas », Pierre Laurent agace de toute évidence les socialistes. Mais cette attitude du PCF semble plutôt convenir aux Français si on en croit un sondage Ifop publié par L’Humanité dans lequel le Parti communiste est vu comme moins ringard qu’il ne l’était ces dernières années. Questionnés pour savoir si le PCF est perçu « comme un parti qui s’est transformé », 30% des sondés répondent oui, contre 23% il y a trois ans.

Ce 36e Congrès a donc été une étape importante dans l’Histoire de notre Parti. Il marque un renouveau et, pour ceux qui annoncent sempiternellement la mort du PCF : ils repasseront ! On peut même leur annoncer en avant première qu’il y aura bien un 37e Congrès.

En attendant les actions qui vont suivre ce congrès, ci-dessous le discours de clôture de Pierre Laurent secrétaire national du PCF.

 

Repost0
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 09:13

Le 36e Congrès du PCF s'est tenu du jeudi 7 février à ce dimanche 10 février 2013. Pendant quatre jours les délégués venus de toutes les fédérations (dont notamment des gardois et pour la section Gard Rhodanien Michel Tortey) ont "planché" sur l'avenir de notre Parti et donc de la France et de l'Europe.

La crise systémique du Capitalisme et ses conséquences sociales, les changements environnementaux, la montée des intégrismes religieux et des nationalistes politiques, l'impasse dans laquelle nous mène les différents gouvernements sociaux-démocrates ou sociaux-libéraux ; tous ces phénomènes mettent plus que jamais en avant l'hypothèse communiste comme une nécessité impérative pour l'humanité.

Il est donc plus question du marronnier sur la mort du PCF mais de son développement indispensable à la levée d'une alternative politique.

Il serait trop long ici pour détailler les quatre jours de travail de ce Congrès. Nul doute que, dans chaque fédération et section les délégués feront des compte-rendus à leurs camarades.

Pour avoir toutefois un aperçu de l'ambiance et du fonds de ce Congrès, visionner ci-dessous la vidéo du rapport introductif de Pierre Laurent.

Nous n'extrairons qu'une seule phrase de ce discours : "Nous avons changé d'époque"Une formule qui doit nous inviter à regarder et construire le futur !

 

Repost0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 18:42

Notre ami tunisien Chokri Belaïd  du Front Populaire Tunisien a été assassiné ce jour 6 février. Leader du Parti des patriotes démocrates, militant laïc de tendance marxiste et panarabe, il était un farouche opposant aux islamistes.

Coordinateur général du Parti des Patriotes démocrates (PPD), légalisé en mars 2011 après la révolution, Chokri Belaïd,  était un tribun à la voix rugueuse et au franc-parler. Farouche opposant aux islamistes, il a souvent défié de front les islamistes du parti Ennahda, au pouvoir après sa victoire aux législatives, en s'attaquant directement à son chef Rached Ghannouchi.

Le 2 février dernier, Chokri Belaïd avait par exemple accusé "des mercenaires" d'Ennahda d'avoir attaqué un rassemblement de ses partisans. Et la veille de sa mort, lors d'une émission de télévision, il a dénoncé des "tentatives de démantèlement de l'Etat et de création de milices pour terroriser les citoyens et entraîner le pays dans une spirale de violence".
 
Grosse moustache noire et sourire en coin, Chokri Belaïd était devenu une figure fort médiatisée de l'alliance de mouvements de gauche (Front populaire) qu'il a constituée en octobre 2012 avec une dizaine de partis de gauche et nationalistes arabes. Le poids politique de ce Front, qui se pose en alternative au gouvernement et aux opposants de centre-droit commence à vraiment peser dans la vie politique tunisienne.

De Jaurès à Lumumba en passant pas Aliende, dans tous les régimes les progressistes ont toujours été les victimes des extrémistes de droite qu'ils soient religieux ou politiques. Le meurtre de notre ami tunisien Chokri Belaïd vient, une nouvelle fois, rappeler cette triste réalité.

Nous souhaitons de vrais changements politiques à la Tunisie et du courage dans cette épreuve.

6281325800_da9f8eec22.jpg

Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 15:00

Pour les communistes, la priorité urgente est la lutte contre le chômage, les fermetures d'usines, contre l'austérité induite par le pacte de stabilité Merkel/Sarkozy signé par F.Hollande malgré ses promesses de renégociation, cela ne signifie pas que nous nous désintéressions de questions sociétales comme le droit au mariage pour tous, le droit des enfants.

Etre communiste, placer "l'Humain d'abord" au coeur de son engagement est bien faire front sur tous les enjeux qu'ils soient sociaux, sociétaux ou culturels.

Ci après, une vidéo de l'intervention de Marie George Buffet dans le débat de ces jours-ci à l'Assemblée Nationale qui montre que sur ce terrain là aussi nous menons le combat pour plus de justice mais aussi contre toute tentative de la marchandisation du corps humain telles que la gestion pour autrui (GPA) ou la vente d'organes ou encore la prostitution. 

 

Le Collectif National pour les Droits des Femmes, la Coordination des Associations pour le Droit à l'Avortement et la Contraception et la Coordination Lesbienne en France propose une pétition :


"Nous sommes pour l'égalité des droits. Nous ne hurlons pas avec les loups contre le mariage même si pour nous le mariage est un symbole du patriarcat que nous féministes avons tant secoué qu il en deviendrait présentable. Nous sommes pour l'adoption par les gays et les lesbiennes, la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes . Mais la GPA n' est pas la PMA au masculin.
 
La GPA est un symbole extrême de la marchandisation des corps, au féminin évidemment. La GPA est une version moderne de vente d'organes. La détresse de certains couples hétérosexuels stériles, la situation d'homosexuels masculins en recherche de filiation directe n'autorisent pas à organiser la location du corps des femmes de par le monde. Nous sommes contre l'exploitation des femmes les plus pauvres d'ici et des pays en voie de développement, par les classes les plus favorisées. On nous parle de compassion. Mais arrêtons de bafouer les droits des femmes au nom de la compassion ou de l'intérêt très privé d'un petit nombre de personnes dont leur bon plaisir passe avant tous les droits humains.Nous nous battons pour la libre disposition de notre corps pour nous mêmes, non pour d' autres.
 
La transcription des actes d'état civil étrangers sur le registre français d'enfants nés à l'étranger par GPA est  la reconnaissance implicite par la France de la GPA au niveau international :  «Pas de GPA chez nous, mais allez donc à l'étranger !!! On fermera les yeux à votre retour », voilà le message.

C 'est ainsi que, pas à pas,  se banalise  toutes les marchandisations du corps des femmes, ouvrant la voie à la légalisation de la GPA en France. Nous ne pouvons pas l'accepter.

 

 


Le Collectif National pour les Droits des Femmes, la Coordination des Associations pour le Droit à l'Avortement et la Contraception et la Coordination Lesbienne en France ont fait une pétition :



  A signer, faire signer et partager massivement : cliquez ici
 

Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 00:00

Le 36e Congrès du PCF est sur le point de s'ouvrir. L'occasion de revenir sur les moments préparatoires à ce rendez-vous démocratique important. Après la consultation des communistes qui ont choisi le texte de congrès, les cellules du PCF se sont réunies pour débattre, discuter des textes et renouveler leurs animateurs. Ensuite ce fut le temps des sections qui en ont fait de même. La troisième étape avant le Congrès a consisté à réunir les conférences fédérales ou départementales. Après ces différentes séquences qui se sont déroulées pendant le mois de décembre 2012 et de janvier 2013 le Congrès pourra se tenir.

Afin de mieux comprendre le fonctionnement démocratique interne au PCF et la réalité de ce parti, souvent caricaturé par les médias, une vidéo (ci-dessous) de notre camarade Dominique Maugars (vidéaste de la lutte des classes) sur la conférence départementale de l’Indre et Loire. Ça se passe à Joué-les-Tours mais ça pourrait être dans n’importe quelle ville de France et l’intérêt de cette vidéo est de voir le déroulement d’une conférence départementale et la réalité du PCF.

Place maintenant au Congrès et ensuite à la lutte contre l’austérité et contre le Capitalisme. Le communisme est et reste une idée d’avenir. Le Gard sera bien entendu représenté au Congrès du PCF et Michel Tortey (secrétaire de la section Gard Rhodanien) représentera notre territoire.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 16:21
   Bernard Thibault a salué, vendredi, la mémoire de l’ancien leader de la CGT, disparu il y a dix ans. Il avait pris la tête du syndicat en 1982. La gauche venait d’accéder au pouvoir.

Indemnisation du chômage, droit à la formation… des accords soutirés au patronat, dont Henri Krasucki était fier. « Lui, l’ouvrier, pouvait surprendre par sa capacité à tenir tête, sa virtuosité à manier la dialectique et à pousser la contradiction. Lui, avec sa casquette, pouvait déstabiliser un haut-de-forme », a déclaré Bernard Thibault, vendredi, rendant hommage à son homologue disparu en 2003. La CGT, l’Institut d’histoire sociale, l’union locale CGT du 20e arrondissement ont ainsi souhaité marquer le dixième anniversaire de la disparition de l’ex-dirigeant syndical, survivant des camps de concentration nazis et ancien membre du Comité national du PCF. Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français, s’est également recueilli quelques instants sur sa sépulture, au Père-Lachaise, en présence d’une soixantaine de personnes.

La période durant laquelle Henri Krasucki exerça ses fonctions à la tête de la CGT, à partir de 1982, comme l’a rappelé Bernard Thibault dans son discours, fut marquée par l’élection de François Mitterrand, suscitant des espoirs, mais très vite marquée par le tournant de la rigueur… Une époque de « récession économique et de retour du libéralisme » qui ont modifié « la composition et les formes d’organisation et de subordination du travail salarié ». « Chômage, précarisation, tertiarisation, effritement des secteurs industriels » forçaient à une évolution du syndicalisme que pressentait Henri Krasucki. Et Bernard Thibault de déplorer au passage que beaucoup se soient « appliqués à coller à Henri, et à l’accentuer outrageusement, une image ouvriériste ne correspondant en rien à la personnalité de celui qui fut tout à la fois un homme d’action et un homme de culture, passionné de musique classique ».

Bernard Thibault retiendra, pour leur « actualité », ces deux indications laissées par « Krasu ». D’une part, que « le syndicat CGT, c’est la solidarité, la fraternité. La révolte contre toute injustice, contre l’exclusion, contre le racisme, contre toute oppression et pour la paix. C’est le soin apporté aux moindres préoccupations comme aux plus grands objectifs mobilisateurs. C’est également l’attention aux différences de toute nature et la recherche de réponses appropriées, la conjugaison de l’individuel et du collectif, de ce qui est professionnel et catégoriel avec ce qui est commun à tous, au lieu d’entretenir des oppositions artificielles » et, d’autre part, que « la CGT est une composante autonome indépendante du mouvement démocratique, un foyer de pensées, de propositions, d’initiatives et d’actions dans tous les domaines qu’elle considère raisonnablement de sa compétence ».

Repost0

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche