Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 19:55

La communauté d'agglomérations du Gard Rhodanien regroupant 42 communes entrera en fonction en janvier 2013. Ce jeudi la présidence et les vice-présidences ont été votées. 2 femmes seulement sur 15 vice-présidents et bien sûr aucun communiste à une de ces responsabilités.

Ce "machin" imposé par l'Etat (notamment le Préfet du Gard qui a beaucoup poussé) se coupera un peu plus des aspirations des citoyens et décrédibilisera encore plus la classe politique.

Deux réactions entendues lors de la mise en place de cette structure.

C'est d'abord Laurent Castanier qui s'exprime dans les lignes ci-dessous.

 

"J'interviens au nom des élus communistes et républicains.

 

Les besoins et potentialités du Gard rhodanien nécessitent d'amplifier nos solidarités et mutualisations constructives.

 

Lors des positionnements sur le périmètre et statuts de notre future intercommunalité, nous avons regretté les contraintes imposées par la loi.

 

Malgré le temps consacré ; le "libre consentement" de transfert de compétences, l'organisation démocratique et les financements demeurent insatisfaisants : une évolution du cadre demeure nécessaire.

 

Ce processus nous conduit aujourd'hui à désigner, pour un peu plus d'un an, l'exécutif de notre "Agglo" :

  • La candidature puis l'élection de notre Président est fondée par l'implication fédératrice sur les objectifs souhaitables,
  • A contrario, nous ne partageons pas la proposition de candidats qui nous est soumise pour les Vice-présidences.

Nombre de Conseil municipaux ou intercommunaux et encore moins la population n'ont été consulté ou que très approximativement sur ces candidatures, pas plus qu'ils ne l'ont été sur les enjeux et construction de notre Agglo.

 

Ce déficit démocratique laisse supposer qu'il suffirait de compromis, de délégation de pouvoir pour satisfaire les aspirations. Cela n'a jamais été le cas !

 

Notre Conseil délibérant d'Agglo, bien qu'imparfait, concilie diversité géographique et politique du territoire : des Commissions et des Conseillers communautaires délégués devront  compenser un exécutif perfectible en charge d'impulser et d'organiser.

Nos concitoyens attendent compétences, disponibilités et choix politiques progressistes.

 

Nous avons contribué à ce que, très majoritairement, nombre d'entre nous siègent autour de cette table.

 

Notre sensibilité est exclue de cette liste de postulants, nous privant même temporairement d'une légitime implication ; au-delà de ce postulat, nous n'avaliserons pas au sein de notre exécutif certaines candidatures opposées avec nos convictions."

 

Pierre Pasquini (Conseillère municipale de Bagnols) est, elle, intervenue sur l'absence de parité.


"Suite à l’intervention de Michèle Oromi  sur la parité au sein de l’agglo, je souhaite prolonger cette réflexion :

 

Au pays des droits de l’homme, l’égalité hommes – femmes semble un objectif difficile à atteindre.

Féminité et responsabilités sont-elles incompatibles ?

Pourtant, les compétences sont en chaque être humain : elles sont chez ceux qui se rasent chaque matin et chez celles qui sont exemptées de cette préoccupation quotidienne.

 

Aujourd’hui, ce sont les femmes qui sont dans les situations les plus précaires, au niveau du travail, des salaires, des retraites. Elles ont leur mot à dire et leur intelligence à mettre au service de tous alors même qu’elles représentent plus de la moitié du corps électoral.

 

Alors, il faut que les institutions leur permettre de prendre la parole pour enrichir la réflexion au service du bien commun.

 

Espérons qu’une nouvelle loi permettra de mettre fin rapidement (en 2014) à une incohérence choquante au niveau de la représentativité dans les instances décisionnelles et les exécutifs.

Un véritable statut de l’élu(e), une élection à la proportionnelle permettraient, entre autres, d’assurer une égalité  réelle.

2 femmes, 13 hommes aujourd’hui dans l’exécutif de l’agglo, cela mérite réflexion et correction dans un futur proche.

 

J’ajoute que ce n’est pas une féministe qui vous parle mais une citoyenne."

 

Repost0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 09:22

Invité de Yves Letellier, ci après la vidéo de l'interview.

 

 

Repost0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 07:07

Pour le trentième anniversaire du décès de Louis Aragon, le parti communiste français (PCF) inaugure demain mercredi 14 novembre un mois d'hommage au poète et écrivain avec des soirées carte blanche, des expositions, des lectures, des concerts jusqu'au 19 décembre à son siège parisien.

Louis Aragon, né en 1897, adhère au parti communiste en 1927, il lui restera fidèle jusqu'à sa mort le 24 décembre 1982, ce qui lui a été parfois reproché. Quand la réalité du stalinisme éclate aux yeux des communistes, Aragon traverse une crise existentielle mais il continuera d'être solidaire envers et contre tout.

«Aragon n'appartient pas au Parti communiste, il appartient à tous», annonce d'emblée Pierre Laurent, secrétaire national du PCF qui inaugurera le mois Aragon lors du vernissage d'une exposition d'art contemporain «Des vies à écrire» en partenariat avec le Mac/Val, le musée d'art contemporain du Val-de-Marne. «Il est accroché dans l'air de ce pays», dit en souriant Jack Ralite.

Lors de l'hommage du PCF, une exposition de photographies, le «56, rue de Varenne» reconstituera à partir du 5 décembre les murs de l'appartement parisien d'Aragon qui étaient décorés d'une multitude de documents punaisés comme un collage.

Dans notre région c'est le 23 novembre dans la salle des cheminots CGT, à 20h, rue benoit Malon à Nîmes, que des membres du collectif de la Librairie Diderot rendront Hommage à Louis Aragon: des textes , des poèmes, des chansons (Sarah Malclès à l'accordéon, Christine et Georges Fabre guitare et voix) interventions de Valère Staraselski.
Le même hommage sera rendu à Marseille, le 7 décembre, à la fédération du Parti Communiste français.

Le même jour à la médiathèque de Bagnols sur Cèze (18 h) nos camarades et amis du groupe "ça ira" joueront leur spectacle théâtral "Celui qui dit les choses sans rien dire" de Louis Aragon mis en musique par Tonio Bastaroli. On se souvient que ce texte évoque la peinture de Chagall. groupe-ca-ira-2.JPG

Le groupe "ça ira" lors d'un récent hommage croisé à Louis Aragon et à George Besson à Laudun.

Repost0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 08:35

Le Parti communiste français a présenté samedi ses nouveaux adhérents lors d'une cérémonie symbolique destinée à "enterrer l'enterrement" du PCF, un parti qui a entamé un "mouvement de renaissance" après plus de trois décennies de déclin continu, d'après son secrétaire national.

"Bienvenue dans votre maison", lance l'animateur aux quelque 400 militants qui se rassemblent sous la coupole du siège historique du parti, place du colonel Fabien, dans le XIXe arrondissement de Paris. Toute la matinée, ils échangent sur les raisons de leur adhésion.coupole-colonel-Fabien.jpg

"L'élément déclencheur, c'est avant tout la campagne de Jean-Luc Mélenchon", avance Fabien, 22 ans, adhérent depuis quelques mois seulement. "J'ai un fort engagement syndical et j'ai senti que, pour faire avancer la bataille des idées, il fallait s'engager aussi en politique", ajoute Marie-Jo.

Pauline, habitante de Villeneuve-Saint-George (Val-de-Marne), ne votait pas jusqu'à présent. Elle est aujourd'hui membre du PCF "pour la politique de proximité". "Le Parti communiste est le seul que j'ai vu dans la cité alors qu'il n'y avait pas d'élections", explique la jeune femme. D'autres sont venus au PCF par leur histoire familiale, comme Patrick, petit-fils du chauffeur de Maurice Thorez et dont la grand-tante était secrétaire de Georges Marchais. D'autres encore sont venus par le syndicalisme.

Au fond de la salle, un retraité se réjouit de voir des gens qui ont "de zéro à peut-être cent ans" et viennent gonfler les rangs d'un parti qui revendique 134.000 adhérents.

C'est parce que le PCF a d'après lui changé et n'est plus une "voie ferrée soviétique", qu'il a récemment rejoint ses rangs.

Comme lui, 6.500 personnes ont adhéré au PCF en 2012, deux fois plus que l'année dernière. Des nouveaux visages qui prouvent l'existence d'un nouveau communisme, estime Pierre Laurent, secrétaire national du parti.

"J'ai lu dans la presse qu'avec cette rencontre, nous voulions mettre en avant nos nouveaux adhérents, eh bien c'est vrai", lance le sénateur de Paris.

"Nous sommes fiers qu'il existe une nouvelle génération de communistes. Nous vivons un moment qui est celui de la naissance et de l'affirmation d'un communisme de nouvelle génération", ajoute-t-il.

D'où une adresse "potache" à la presse, invitée par un communiqué en forme de faire-part à "enterrer l'enterrement du PCF", sans fleur, ni couronne.

Durant la campagne présidentielle, le Front de gauche mené par Jean-Luc Mélenchon a "remis le rouge à la mode".

Avec 32% de bonnes opinions en septembre, le PCF est à son plus haut niveau de popularité depuis presque 8 ans, selon un baromètre TNS Sofres pour Le Figaro Magazine. "Je suis communiste, et ça fait du bien", dit la nouvelle campagne d'affichage lancée samedi par le parti.

"C'est lié à la campagne bien sûr", estime Laurent Zagorac, 48 ans. Militant CGT de longue date, il a adhéré en mars et parmi les différentes formations qui forment le Front de gauche, le choix du PCF s'est imposé, dit-il. "On connaît son histoire, ses forces, ses faiblesses, on sait ce qu'il a apporté, on connaît aussi ses errements.", juge-t-il.

"On a confiance par rapport à l'histoire du parti, mais il fallait un élément déclencheur", confirme Fella Pichard, éducatrice spécialisée de 27 ans. "Jean-Luc Mélenchon a réussi ça."

Les élus communistes, ulcérés par le rejet systématique de leurs propositions, ont engagé depuis quelques semaines un bras de fer avec le gouvernement.

Après avoir provoqué le rejet au Sénat d'une proposition de loi socialiste sur une tarification progressive de l'énergie et du projet de loi de programmation budgétaire, ils ont menacé de voter contre le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013. Une stratégie dont ne veut pas dévier Pierre Laurent, qui invite à "repousser les limites de la politique gouvernementale".

"Nous ne sommes pas un parti défensif qui cherche à sauver son pré-carré (...) Le Parti communiste achève aujourd'hui sa mue. Nous sommes repassés à l'offensive", a-t-il dit samedi.

"Il faut maintenant que les citoyens de gauche fassent entendre leur voix (...) et imposent le respect des choix pour lesquels ils ont voté au printemps dernier", a-t-il ajouté.

Évoquant les interrogations de certains écologistes sur leur place au gouvernement, Pierre Laurent s'est réjoui samedi de voir "le débat s'élargir". "Nous avons été en avant pour le porter, mais j'espère que nous allons être de plus en plus nombreux à le porter maintenant", a-t-il dit.

Repost0
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 09:11

A l’appel de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) des grèves et des manifestations auront lieu le 14 novembre en France mais aussi en Grèce, Italie, Espagne, Portugal et dans de nombreux autres pays européens … Le Parti de la Gauche Européenne (PGE) auquel certains des  partis politiques qui composent le Front de Gauche appartiennent,  soutient cette mobilisation contre les  politiques d’austérité dictées par la communauté Européenne et appliquées par des gouvernements libéraux ou sociaux libéraux. En France la plupart des organisations syndicales participent à cette journée pour l’emploi et la solidarité en Europe

Le changement  à gauche c’est pour quand ? 

 

Des budgets d’austérité inacceptables 

Pour satisfaire les marchés financiers, l’objectif de gouvernement est d’arriver à un déficit  public de 3 % fin 2013 et à l’équilibre en 2016. Le 1er poste de dépense publique servirait à payer les intérêts de la dette à hauteur de 50 milliards d’euros, alimentant ainsi le hold-up des banques privées sur l’argent public. Cette dette est pourtant en partie illégitime, c’est le résultat des intérêts  à verser aux banques privées et des nombreux cadeaux fiscaux faits aux plus riches.. Quant au traité européen voté récemment il pérennisera une politique antisociale.

 

 

Le social sacrifié

Le gel des dépenses de fonctionnement de l’Etat et de la dotation versée aux collectivités locales empêche les investissements nécessaires : il manque 400.000 places  de crèche, des centaines de milliers de logements, des enseignants, des  infirmières, des médecins… Face aux 30 milliards d’euros annuels d’exonérations de cotisations sociales patronales qui provoquent le déficit, Le projet 2013 de loi de financement de la sécurité sociale ne rompt pas avec les politiques passées.


La diminution des remboursements, l’instauration des franchises médicales, le forfait hospitalier, les dépassements d’honoraires, l’inégale répartition des professionnels de santé sur le territoire mettent en péril l’accès aux soins. L’hôpital public est mis en péril, par étranglement financier.

Nous proposons au contraire un accès de tous et toutes à la santé avec des moyens accrus pour l’hôpital public.

 

Pauvreté et chômage augmentent

8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté.  (800 euros/mois, sans  revalorisation significative du smic en juillet, mais avec  le gel des salaires des fonctionnaires, couplées  avec l’augmentation des prix  la situation des salariés va empirer

Le budget 2013, bâti sur une prévision de croissance de 0,8% ne permettra pas d'inverser la courbe du chômage contrairement à la promesse  de François Hollande. Les jeunes ne trouvent pas d’emploi, les plus âgés non plus,  alors que l’âge de départ en retraite a été reculé. Les 3 millions de chômeurs seront largement dépassés. Le non-remplacement des départs en retraite dégarnira de nombreux ministères comme celui du Logement ou de l’Ecologie : 11 000 postes seraient créés et… 12 298 supprimés.

  

Absence d’une vraie réforme fiscale 

Les inégalités se sont accrues, 1% de la population détient 20% des richesses. Oui il faut

augmenter les impôts pour les plus riches mais la taxe de 75 % est exceptionnelle ... et les niches fiscales demeurent.  Par contre, la reconduction du gel du barème de l'impôt va entrainer un alourdissement mécanique de l'imposition pour 16 millions de foyers fiscaux.

Oui à une vraie réforme fiscale, diminution des impôts injustes (TVA) ; imposition très progressive des revenus. Taxation du capital.

 

L’écologie en panne  

Le gouvernement emploie la force contre les opposants à l’aéroport inutile de Notre dame des Landes près de Nantes. Les restrictions budgétaires empêchent la transition vers les énergies renouvelables et non polluantes qu’il faudrait très fortement développer.  

 

La démocratie n’avance pas 

Refus d’un référendum sur le traité européen alors qu’il met en place un carcan budgétaire et des sanctions contre les pays qui refuseraient l’austérité. Les élus continuent  à cumuler les mandats.  La proportionnelle aux élections n’est pas envisagée ou à dose homéopathique…

 

Droit au travail pour tous et toutes

Les entreprises qui font du profit comme Sanofi (A Montpellier et Toulouse et peut être bientôt à Aramon) suppriment des milliers d’emplois, pour mieux servir les actionnaires.

 

Avec le Front de Gauche, exigeons une loi d’interdiction des licenciements pour les entreprises qui font des profits.


·        Agissons pour une sécurité sociale professionnelle pour garantir le revenu et les droits sociaux de tous.

·        Exigeons que s’engage une reconversion sociale et écologique garantissant l’emploi de toutes et tous.

·        Créons les emplois publics nécessaires ! Partageons le travail et les richesses !

 

Mercredi 14 novembre

Les peuples d’Europe se mobilisent contre l’austérité

Manifestations

  10 h 30 Sous-préfecture d’Alès

14h Parvis des Arènes de Nîmes


Les cars au départ du Gard rhodanien le 14 novembre 2012 :

 

Bagnols sur Cèze, Centre Mendes France - 12H30

Laudun, Gymnase de l'Ardoise - 12h45

Roquemaure, entrée d'autoroute - 13h

 

Inscription obligatoire: CGT : 04 66 89 49 51. - CFDT : 04 66 79 83 71. - FSU : 04 66 89 82 28. 

 

Repost0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 09:21

Le 50e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie et de l’indépendance n’aura pas beaucoup été commémoré par les institutionnels. Le Gard Rhodanien n’échappe pas à cette atonie. Seul le monde associatif progressiste s’y risque : on ne peut donc que les féliciter et relayer leurs initiatives. C’est d’abord l’Afrique à Bagnols le festival organisé par « peuple solidaire » qui met le Maghreb à l'honneur à travers sa programmation. Ce lundi 5 novembre lors du vernissage de lancement, on a senti lors des prises de paroles des élus représentants le CG 30, la municipalité de Bagnols et la communauté de communes RCL, un certain malaise. Sans le dire vraiment on voyait bien que tout en apportant un soutien inconditionnel à l’association, les discours transpiraient un embarras certain. Cette association qui s’occupe normalement de l’Afrique Noire a rappelé que le Maghreb c’est l’Afrique aussi : une évidence certes, mais qui rompt avec une forme de « politiquement correct ». Inquiétude des orateurs qui ne veulent pas rallumer la polémique du 19 mars et ne se fâcher avec personne. Le débat de dimanche 11 novembre était au centre des conversations et attisait les craintes. Notre camarade Bernard Deschamps ancien instituteur, député du Gard (1978-1981 et 1986-1988) est un des intervenants de cette initiative. On sait que Bernard fut poursuivi devant les tribunaux pour son action en faveur de Bernard Deschamps FRl'Indépendance de l'Algérie et qu’il est fondateur de l'association France-El Djazaïr qui organise notamment le "Panorama  du Cinéma algérien". Deux de ces ouvrages viennent d'être réédités (nouvelle édition revue et augmentée) Les Gardois contre la guerre d'Algérie et Le fichier Z, qui traitent ces thèmes à partir des archives qui ne sont pas encore dans le domaine public et à partir de nombreux témoignages. Il a été aussi un des organisateurs à Nîmes en mars dernier d’un colloque sur la présence du FLN en France qui a vu s’exprimer la virulence des nostalgiques de l’Algérie française prouvant que le sujet 50 ans après peut pour certains être encore tabou ou polémique. On ne peut donc que féliciter « le festival l’Afrique à Bagnols » de se montrer courageux.

 

Le 7 décembre prochain ce sera au tour du « Cercle du Prolétariat » association culturelle des communistes du Gard Rhodanien de réfléchir sur l’Algérie et sur le rôle de la France dans ce territoire en organisant une « projection-débat » au Ciné 102 de Pont Saint Esprit du film restauré et en numérique de René Vautier « Avoir 20 ans dans les Aurès ». Le réalisateur devrait normalement être présent à cette initiative célébrant ainsi une amitié avec les camarades du secteur. Nous reviendrons bien sûr prochainement sur cette soirée.

 

Deux initiatives à mettre en avant car, en cette période réactionnaire il faut un certain courage pour affronter l’Histoire et en débattre tranquillement, en résistant aux censeurs et à ceux qui manquant de bravoure préfèrent ne parler de rien qui pourrait fâcher !

Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 19:33

  CN-PCF

 

 

 

 

Les solutions du Parti communiste français et du Front de gauche pour enfin engager la bataille de l'emploi, et la gagner !

 

 

visionner les vidéos précédentes

Repost0
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 09:10

Ancien patron de la SNCF et d'EADS, Louis Gallois était-il la meilleure personne à choisir par un gouvernement dit de Gauche pour rendre un rapport sur des mesures à prendre ? On pouvait en douter. Les mesures rendues publiques on voit bien que c'est toujours la logique libérale qui est le corps de ce document. C'est pourquoi le PCF dénonce dans un communiqué la "même vieille rengaine qui nourrit les grands groupes sur le dos des salaires et l'emploi". "Le rapport Gallois insisterait, après bien d'autres rapports écrits sous la dictée du Medef, sur le besoin d'abaisser les cotisations sociales patronales. On connaît la chanson!", ajoute le PCF.

"La baisse des cotisations proposée aurait en effet pour contrepartie une hausse des impôts et des contributions contre le pouvoir d'achat des salariés et de leurs familles", poursuit-il.

"Ce rapport parlerait d'autres mesures (...) Elles consisteraient à favoriser les profits des entreprises en situation d'exporter, d'innover, de consentir un effort de recherche au lieu de développer l'emploi, la formation, les qualifications et les salaires avec les investissements nécessaires dans tout le système productif français", critique le PCF.

Le Parti communiste propose comme "alternative", "la baisse des prélèvements financiers qui asphyxient les entreprises avec les intérêts payés aux banques et les dividendes versés aux actionnaires".

"Le rapport Gallois s'inscrit pleinement dans le cadre d'un rationnement du financement des services publics avec le respect de la contrainte folle de ramener à 3% du PIB le déficit public en 2013", fait-il valoir.

"Il faudrait, au contraire, que la BCE finance massivement, par création monétaire, une grande expansion des services publics en Europe", explique le PCF.

Il faudrait "que le taux d'intérêt du refinancement dont la BCE fait bénéficier les banques soit d'autant plus abaissé que leurs crédits aux entreprises servent à des investissements programmant plus d'emplois et de formations", demande aussi le PCF.

 

Invité ce 6 novembre sur France Info, Jean-Luc Mélenchon ne dit pas autre chose. Pour écouter l'émission cliquer sur le lien ci-dessous.

 

Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 18:08

Dans le département du Gard, les communistes sont appelés à débattre dans leur cellule et section de la base commune proposée à leur réflexion (voir le texte) avant la tenue des conférences de section et de la conférence fédérale convoquée les 25 et 26 janvier 2013.


Le choix a aussi été fait d'organiser 5 débats départementaux sur les 5 différents thèmes mis en discussion.  

Sont invités à ces débats, outre les adhérents du PCF, tous les amis, sympathisants du Front de Gauche et au delà toutes celles et ceux qui n'acceptent pas le diktat de la finance, les dégats du capitalisme et cherchent comment être efficaces pour changer la société, la rendre humaniste, juste et fraternelle.


Ensemble, agissons pour une révolution citoyenne, pacifique, démocratique et construisons un processus de changement crédible et ambitieux, visant à transformer les logiques du système et à dépasser le capitalisme, c'est ce qui animera les communistes dans la préparation de leur congrès.

 


L'un de ces débats se tiendra à Bagnols sur Ceze le 

lundi 26 novembre 2012 à 18h00,

Centre multiculturel "La Pyramide" (salle A).

avec la participation de Marie Pierre VIEU (*) dirigeante nationale du PCF.

 

Le thème qui sera abordé prioritairement ce soir là (mais la parole étant libre, tous les thèmes pourront l'être aussi si un participant le souhaite)  portera sur l'avenir du Front de Gauche. Nous voulons renforcer le Front de gauche. Des débats le traversent sur sa façon de grandir. Nous n’avons pas toujours la même appréciation des résultats de la séquence électorale passée, de notre stratégie, de notre vie commune, des propositions à porter, des conditions de l’élargissement de cette dynamique. C’est naturel. C’est même une richesse pour donner de la force au mouvement. C’est pourquoi nous voulons engager un débat sans tabou, toutes et tous ensemble, sur l’ensemble des dimensions concernant l’avenir du Front de Gauche.

 

  (*)Marie-Pierre VIEU

mpv.jpgNée en 1967 à Tarbes dans les Hautes-Pyrénées, Marie-Pierre Vieu poursuit des études de Lettres jusqu'au 3ème cycle et est depuis décembre 2008 directrice d'Arcane 17, une maison d'édition et d'initiative. Elle exerce ses premières responsabilités en tant qu'étudiante en étant présidente nationale de l'UNEF entre 1994 et 1997. Marie-Pierre est membre du collège national exécutif du PCF depuis 2000. En 2004, elle devient conseillère régionale, et vice-présidente de la région Midi-Pyrénées en charge de l'économie sociale et solidaire. Depuis 2008, elle est conseillère municipale d'opposition à Tarbes.

 

 

Calendrier des autres thèmes qui seront abordés dans le département:

 

A Vauvert, le jeudi 22 novembre, salle Bizet, avec la participation de Alain Hayot: 

Thème: "La fragmentation de la société" 

Vivre ensemble, lutter ensemble. Nous voulons lutter contre toutes les dominations tandis que le capitalisme les utilise pour diviser les peuples. Comment faire face à la fragmentation de la société, lutter contre les divisions, combattre les visions ethnicisées du monde, affronter l’individualisation des rapports sociaux… ? Comment construire une conscience de classe de notre temps ? Comment lutter contre la montée de l’extrême droite et de ses idées ? Qui et comment rassembler pour un changement politique ?

A Nîmes, le jeudi 29 novembre, centre André Malraux, avec la participation de Pierre Dharreville:

Thème: " La gauche et le changement en question" 

Des forces de gauche, le Parti socialiste avec Europe Ecologie - Les Verts, sont au pouvoir en France, et le changement n’est pas à l’ordre du jour. On nous pose la question : opposition ou majorité ? Alors que le clivage droite-gauche continue de structurer l’électorat, comment nous y situons-nous ? Quel sens recouvre aujourd’hui l’idée de gauche ? Comment se positionner face à l’impasse social-libérale en France et en Europe ? Comment redonner force à la gauche ? Comment faire grandir la révolution citoyenne ? Nous devons mieux caractériser notre démarche offensive.

A Alès, le mardi 4 décembre à 18h15 salle Jacques Duclos, avec la participation de ( à déterminer):

Thème: "La crise et son issue " 

La crise, dans toutes ses dimensions, est dans toutes les têtes. Comment l’analyser et cerner ses contours ? Quelles contradictions provoque-t-elle au sein du système ? Quelles luttes se développent et quelles luttes développer ? Quelles sont les issues ? Quelles brèches ouvrir dans l’austérité ? Plus elle est comprise et interprétée, plus les solutions se dessinent et plus l’espoir pourra gagner du terrain.

A Vallabrix, le samedi 8 décembre, salle municipale, avec la participation de Martine Gayraud: 

Thème: "Les transformations du PCF" 

Nous voulons construire un parti communiste toujours plus en phase avec la société comme avec son projet. Quels changements sont nécessaires dans notre organisation ? Comment approfondir notre relation aux jeunes, au monde du travail et de la création, aux hommes et aux femmes des quartiers populaires, dans leurs diversités ? Comment renouveler nos pratiques et nos raisonnements dans notre activité avec le monde du travail ? Quelles nouvelles conceptions pour libérer l’initiative ? Comment susciter et mieux faire circuler les élaborations de tous les communistes pour nourrir et renforcer notre projet commun ?

 

Toutes celles et ceux qui le souhaitent sont évidemment invités à y participer pour apporter leurs idées, enrichir et s'enrichir du remue meninges en cours qui a vocation à doter les exploités de notre pays d'outils efficaces pour lutter et changer la société .  

 

En avant goût du débat de Vauvert , nous ne résistons pas à vous inviter à visionner la journée d'étude "Peut-on comprendre et faire reculer l'influence de l'extrême droite?" organisée par la fédération du PCF 84, le 27 octobre dernier de 9h à 17h30 et à laquelle ont participé une dizaine gardois parmi la centaine de militants présents.

Comme cette journée était organisée par nos camarades vauclusiens, c'est évidemment le FN en PACA et vaucluse qui a été abordé, mais le propos est hélas facilement transposable dans le gard et le Languedoc Roussillon. 


Ci aprés les vidéos réalisées par  Thierry-Le-Roy-84 des intervenants lors de cette journée : 


Intervention de Alain Hayot,

Partie 1 sur 6

 

 

Intervention de Joël Gombin, chercheur, sur le FN dans le Vaucluse,
Partie 2 sur 6

 


 

La présentation de Joël Gombin peut être téléchargée sur son site:

http://www.joelgombin.fr/wp-content/uploads/2012/10/presentation.pdf

 

Intervention de René Monzat, journaliste, sur l'évolution du dicours du FN,  

Partie3 sur 6

 


 

 

Intervention de Elisabeth Gauthier, de "Espace Marx"

Partie 4 sur 6

 

 
 

 

Intervention de André Dechot, de la "Ligue des Droits de l'Homme"

Partie 5 sur 6

 

 


 

 

 

Conclusion de Fabienne Haloui, secrétaire fédérale du PCF 84, membre de la direction nationale"

Partie 6 sur 6

  

 


 

 


Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 14:51

Le marronnier journalistique est un sujet qui est fréquemment repris et développé dans les médias. On sait que le « marronnier » a pour origine le fait que tous les ans, aux premiers jours du printemps, un marronnier rose fleurissait sur la tombe des Gardes suisses tués lors de la journée du 20 juin 1792, au Cours-la-Reine à Paris; et tous les ans un article paraissait dans la presse pour s'en faire l'écho. On voit bien que dès le départ c’est une notion réactionnaire qui sent l’Ancien Régime. Il faut donc se méfier du marronnier ou des « idées reçues » reprises sans réfléchir par le journaliste en manque d’information. En ce qui concerne le PCF l’information récurrente c’est qu’il est mort ou en voie de disparition. Idée du XXe siècle, il ne pourrait survivre à la fin du Soviétisme, au XXIe siècle, au triomphe du Libéralisme… On avait annoncé la fin de l’Histoire dans les années 1989-1991. Peu importe que 20 ans plus tard nous soyons toujours là, nous sommes morts, pas plus de crédit aux centaines de milliers de personnes qui fréquentent la fête de l’Huma, aux milliers d’élus nationaux et locaux affiliés au PCF, aux dizaines de milliers de militants sur le terrain. Tout est prétexte à tuer le PCF : si le candidat du Front de Gauche à la Présidentielle a fait un score à deux chiffres, c’est forcément qu’il a tué le PCF (sic) ; si le PCF a empêché le passage de lois néfastes au Parlement c’est un accident de parcours et si le PCF fait de nombreuses adhésions de jeunes et bien… on fait semblant de ne rien voir.

On aurait pu penser que la crise économique suite au libéralisme forcené aurait fait un peu douter nos amis journalistes. Tout comme l’arrogance du monde de la finance ou de la Bourse. Et bien non. C’est donc à Toussaint que le Parti Communiste pour rire de cette situation qui au bout d’un moment devient risible tant elle est caricaturale a choisi de montrer aux journalistes qu’ils devraient faire preuve d’un peu plus de jugeote. Vendredi 2 novembre les journalistes ont eu dans leurs boîtes aux lettres, en pleine Toussaint, un bien étrange faire-part : un courrier cerné de gris mais surmonté d'un gros point d'interrogation rouge. "Monsieur Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français ainsi que tous les membres du Conseil national du PCF vous invitent à enterrer l'enterrement du PCF, né à Tours le 30 décembre 1920", est-il écrit. Un texte à ne pas lire en diagonale, sous peine de contre-sens... Suivent la date et le lieu de "ces funérailles", le 10 novembre place du Colonel Fabien, le siège parisien du PCF. "Ni fleur ni couronne", précise le parti dans la plus pure tradition des faire-part de décès.

Ceci était tout simplement une invitation à rencontrer un échantillon représentatifs des plus de 5 000 nouvelles adhésions effectuées depuis le début de l'année 2012 afin qu’ils comprennent enfin que le PCF n’est pas mort !

Bel exemple d’humour noir, mais sera-ce suffisant pour changer la tendance et éviter le marronnier journalistique ?

enterrement-du-PCF.jpgUn faire-part humoristique qui ressemble comme deux gouttes d'eau à un vrai ! En 2020 pour le centenaire messieurs les journalistes, on peut vous donner un scoop le PCF sera toujours là !

 

Les réactions de:

Libération

Le Monde

Repost0

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche