Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 18:10

La majorité municipale de Pont Saint Esprit reçue à la Préfecture

Quelques jours après notre visite c'est au tour de l'équipe Baumet  de rencontrer le Préfet du Gard.

Difficile d'en savoir plus car à la sortie de l'entretien les membres de la majorité ont refusé de s'exprimer publiquement. Ils attendent la décision préfectorale sur la validité du budget 2009. C'est en tout cas la seule chose qu'a bien voulu glisser Jean-Pierre Colombet. Si l'on en croit la photo du Midi-Libre le Maire Gilbert Baumet n'était pas présent. Une nouvelle épidémie d'appendicite ?

C'est vrai que les élus n'étaient venus que pour s'évertuer à défendre le budget 2009 qu'ils jugent sincère donc la présence de Gilbert Baumet était superflue... Sincère est-ce que le terme est bien approprié ?

En tout cas bon rétablissement à Gilbert Baumet.

Jean-Marie Daver Conseiller Municipal 100 % à Gauche

Repost0
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 20:30
Les solutions existent !
Le 26 mai, des millions de salariés seront, à nouveau, dans l'action à l'appel des centrales syndicales unies.
3 Lois pour changer nos vies
Le 28, nous serons des millions à être « invités » dans l'Hémicycle de l'Assemblée nationale car il y sera question de nos vies. Ce jour, les parlementaires communistes et du Parti de Gauche défendront trois
propositions de loi (voir à l'intérieur) visant notamment à interdire les licenciements dans les entreprises qui font du profit, à reconnaître de nouveaux droits aux salariés à l'entreprise, à porter le smic à 1600 euros, à augmenter les impôts pour les contribuables les plus riches et créer un pôle public financier. Un paquet social et économique, à l'opposé du paquet fiscal de Nicolas Sarkozy, pour répondre à la crise.
Loin de se contenter d'une gauche de témoignage ou de renoncement , les parlementaires communistes, par cette initiative, revendiquent une gauche qui ouvre l'espoir.
Le 28 mai, à l'Assemblée nationale, on peut:
• Arrêter le scandale de l'argent facile
• Répondre aux urgences
• initier une nouvelle donne économique et sociale
Le 28 mai, pour tous les parlementaires, il est possible de passer des belles paroles aux actes, il est possible de passer de l'antisarkozysme verbal à des mesures concrètes pour combattre sa politique. Nous verrons qui est au rendez-vous.
Le 7 juin votez anti-crise !
Ce qui est vrai pour la France, l'est aussi pour l'Europe. Pour être bien défendus à Bruxelles et en finir avec les directives libérales, les citoyens ont besoin d'élus combattifs prêts à porter le fer contre les partisans du « Tout- Marché ». C'est le sens du vote pour les listes du Front de Gauche le 7 juin.
RASSEMBLEMENT
Jeudi 28 MAI – de 12 à 14h -
PARIS place E. Herriot (métro Assemblée nationale)
avec Marie-GeorgeBuffet, secrétaire nationale du PCF et les
parlementaires communistes et du Parti de Gauche -
Patrick Le Hyaric, tête de liste du Front deGauche en Ile
de France - des délégations de salariés d'entreprises en
lutte (Caterpillàr, Célanèse, Continental...)
UNE AUTRE LOGIQUE POUR COMBATTRE LA CRISE
Les députés communistes démontrent, avec ces trois lois examinées le 28 mai, la possibilité et l'efficacité de réponses politiques, en écho avec l'opinion et les mouvements sociaux.. Elles seront soumises au vote des parlementaires. Intervenons auprès de chaque député pour qu'il prenne ses responsabilités et vote ces lois.
Parti communiste français 2, place du colonel Fabien 75019 Paris _ 01 40 40 12 12 – www.pcf.fr
PROPOSITIONS DE LOI N°1 (résumé)
Mesures urgentes de justice sociale en
faveur de l'emploi, des salaires et du
pouvoir d'achat
Art.1 : Modification de la définition du licenciement
économique pour exclure notamment de ce champs
les entreprises qui ont dégagé des bénéfices,
constitué des réserves distribué des dividendes ou
reçu des aides publiques.
Art.2 : Renchérissement du coût du licenciement pour
éviter le recours abusif
Art. 3 : Droit pour les salariés de saisir le juge des référés
en cas de licenciement jugé abusif
Art. 4 : Suppression des allègements de cotisations et
d'exonérations d'impôts sur les heures supplémentaires
pour favoriser la création d'emplois.
Art. 5 : Fixation du SMIC à 1600 euros brut avant la revalorisation du 1er décembre pour répondre aux besoins, relancer la demande et lutter contre la financiarisation de l'économie
Art. 6 : et 7 : Pour renforcer les pouvoirs des salariés
et la négociation salariale à l'entreprise, réunion
d'une Conférence annuelle sur les salaires et
suppression des exonérations de cotisations
patronales pour les employeurs qui ne rendent pas
conclusive la négociation salariale annuelle
Art. 8, 9 , 10 et 11 : Renforcement de l'indemnisation du
chômage partiel, de l'Allocation solidarité et abaissement
de l'âge ouvrant droit au RSA
Art. 12, 13 et 14 : Suppression des franchises médicales,
revalorisation des critères sociaux des bourses et
affaiblissement des crédits revolving
Art. 15 : Financement de ces mesures
PROPOSITION
DE LOI N°3 (résumé)
Statut de la société privé européenne et services sociaux d'intérêt général dans l'Union européenne
Art. Unique : Pour contrer la directive Bolkstein, cette proposition
vise reconnaître au niveau européen la spécificité des services
publics et sociaux et à affirmer l'obligation de respecter les
législations nationales en matière de droit du travail
En Europe comme en France, il faut des propositions concrètes pour changer de logique
LE 7 JUIN JE VOTE FRONT DE GAUCHE
PROPOSITION DE LOI N°2 (résumé)
Promouvoir une autre répartition des richesses
Titre 1 : Suppression du bouclier fiscal, rétablissement de la
progressivité de l'impôt sur le revenu et augmentation progressive
de l'impôt sur les grandes fortunes
Titre 2 : Suppression des paradis fiscaux
Titre 3 : Encadrement de la rémunération des dirigeants d'entreprise
notamment par son indexation sur le salaire minimum de
l'entreprise et transparence de celles-ci, interdiction des stockoptions,
des parachutes dorés et limitation à deux des participations
aux Conseils d'administration
Titre 4 : création d’un pôle
public national du crédit associant l’État, la Caisse des dépôts et les établissements bancaires qui favoriserait l’investissement productif dans
la formation, la recherche et la création d’emplois de qualité
● Pour consulter l'intégralité des propositions de lois déposés par le groupe des députés communistes, républicains et du
parti de gauche : http://www.groupe-communiste.assemblee-nationale.fr/ ou http://www.groupe-crc.org/
● Pour demander à votre député-e de voter ces lois vous pouvez trouver ses coordonnées mail sur : www.assembleenationale
Repost0
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 06:44

Au lendemain de la manifestation du samedi 25 avril il convient comme toujours d'analyser la situation.

Avec cette 17e action nous avons démontré que la mobilisation était toujours forte. Certes la querelle des chiffres (selon la police, selon les organisateurs) pourra entretenir les conversations toutefois il est clair qu'entretenir un conflit aussi long avec une détermination qui ne faiblit pas prouve que notre combat est légitime et légitimé.

Bien entendu avoir la culture revendicative n'est pas donné à tout le monde (certains peuvent se lasser d'arpenter les rues mais sont toujours convaincus du bien fondé de notre action), d'autres sont sensibles aux provocations, aux intimidations de ceux qui nous accusent , à tort ,de violences ou d'être un frein aux actions de la ville. Malgré tout il ne fait aucun doute que nous avons encore l'assentiment du plus grand nombre.

Faisons un parallèle (toute proportion gardée bien entendu) avec un épisode de notre Histoire : à savoir l'occupation allemande pendant la guerre.

Est-ce que les Résistants étaient les plus nombreux ? Est-ce que les collabos étaient les plus nombreux ? Non la France de l'époque était majoritairement observatrice. Est-ce que l'on peut dire pourtant que la majorité des français était pour l'occupation allemande ? Certainement pas.

Voilà donc l'état d'esprit de la majorité silencieuse que certains essayent de faire parler en la donnant partisane du clan Baumet. Vous ne pouvez pas parler à la place de la majorité silencieuse. Il est de notoriété publique que les Résistants actifs sont minoritaires mais c'est leur action qui est déterminante pour le changement. D'ailleurs ce parallèle n'est pas fortuit car comment qualifiait-on les Résistants sous Vichy : ils étaient des terroristes. Ce n'est pas pour rien que l'on essaye de nous faire ce procès d'intention en nous prêtant des intentions belliqueuses.

Mais la Résistance, seule,  peut rarement triompher ,même si le maréchal Tito en Yougoslavie y est arrivé. Il faut en général une aide extérieure. Voilà pourquoi il apparait essentiel d'avoir le soutien extérieur de la classe politique. Tous les jours nous arrivent des nouvelles de collectivités qui payent à la place de Pont Saint Esprit (Communauté de Communes, département...). Merci de nous aider mais il est de votre devoir de demander en contrepartie la destitution de l'équipe majoritaire actuelle.

De même au niveau national la réponse ne peut être seulement financière. Le Préfet et la ministre de l'Intérieur doivent prendre des mesures politiques. Pendant la guerre il y a eu des Préfets courageux, mais, n'est pas Jean Moulin qui veut !

Dans le même temps ceux qui, via Internet se disent en dehors de Pont mais critiquent autant l'opposition que la majorité il faut qu'ils nous disent s'ils sont à Londres ou à Berlin !

Alors oui la détermination est toujours là, les jours à venir vont être déterminants. Les réponses politiques sont nécessaires.

Le collectif peut être un nouveau C.N.R. (Conseil National de la Résistance) qui à la libération porta un fabuleux projet politique dont nous bénéficions encore aujourd'hui (droit de vote aux femmes, retraite, sécurité sociale....).

Comme pendant la guerre les communistes d'aujourd'hui sont dans le bon camp.

 

Nous restons déterminés et unis et gardons le cap sur nos objectifs.

Repost0
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 06:40
Premières réactions de Jean Paul Boré, Vice-président de la région et Michel Pronesti,
Maire d’Aramon de retour de l’avion pour la paix en Israël et Palestine

Nous avons participé à l’avion pour la Paix en Israël et Palestine du 10 au 14 avril 2009.
Devant les difficultés de se rendre à Gaza, notre mission « Passeurs de Paix » s’est concentrée
sur les localités de Jérusalem, Ramallah, Nazareth, Bethléem ainsi que dans plusieurs camps
de réfugiés.
Nous avons rencontré diverses personnalités palestiniennes ainsi que des responsables des
forces de paix israéliennes.
Après nous être recueillis sur la tombe du Président Yasser Arafat, Prix Nobel de la Paix,
nous avons rencontré l’autorité palestinienne au siège de la Mouqata'a.
A l’issue de ce voyage, nous voulons faire part de notre totale conviction de l’urgence à
trouver le chemin de la paix entre les deux peuples palestinien et israélien.
Tout ce que nous avons vu, entendu, nous place devant une terrible inquiétude sur le devenir
de la paix dans cette région et les risques de propagation aux conséquences imprévisibles.
Partout, nos interlocuteurs nous ont demandé d’intervenir auprès des autorités françaises, des
dirigeants de l’union européenne afin qu’ils agissent avec beaucoup plus de détermination
pour mettre fin à 60 ans d’occupation brutale, d’oppression, d’expulsions, de violence, et
avancer vers un règlement politique en faveur d’une paix juste et durable pour un état
palestinien viable aux côtés de celui d’Israël.
Tous les témoignages concordent vers le constat que le processus de paix est stoppé, qu’il
n’existe plus de feuille de route, que le principe de deux Etats souverains et indépendants tend
à être remis en cause devant les déclarations et actions des dirigeants israéliens actuels qui ne
reconnaissent pas les accords passés avec l’autorité palestinienne.
Des faits :
􀁸 A Jérusalem Est (partie prévue par les accords internationaux pour devenir la capitale
de l’Etat palestinien), des projets de destructions de quartiers entiers occupés par la
population Arabe est en cours, pour y installer des familles de colons.
􀁸 Des colonies illégales continuent de se développer dans les territoires palestiniens. Au
nombre de 170, elles sont reliées par des routes. Le mur en construction permanente
les intègre artificiellement au territoire israélien, réduisant encore la Palestine
envisagée, à l’état de territoire gruyère rendant de fait impossible une continuité
territoriale pour bâtir un Etat
􀁸 Le mur long de plusieurs dizaines de kilomètres, ponctué par des miradors, des
barbelés, avec 640 points de contrôle isole les populations palestiniennes entre-elles,
rendant la vie quasi impossible, sans compter l’humiliation que cela suscite tant pour
les enfants que les adultes
􀁸 De nombreux lieux renvoient à l’image reprise par le président de la république
française comparant la bande de Gaza à une prison à ciel ouvert
􀁸 Dans certains camps de réfugiés, le chômage atteint plus de 80%
Nous évoquerons plus en détail cela grâce à un important reportage de photos lors
d’initiatives que nous allons prendre dans les prochaines semaines avec nos amis François
Liberti et Michel Passet.
Nous sommes persuadés que l’application du droit international peut mettre fin rapidement à
la souffrance qui n’engendre que la haine entre deux peuples pourtant faits pour vivre ensemble.
En témoignent les quelques centaines mètres à peine qui séparent le mur des
lamentations adossé à l'esplanade des Mosquées, le Saint sépulcre.
Nous sommes aussi convaincus qu'il existe de nombreuses forces de paix autant en Israël
qu'en Palestine capables de construire une paix durable sur la base des accords entre Yasser
Arafat et Itzhak Rabin validés par l'ONU prévoyant la reconnaissance de deux Etats sur la
base des frontières de 1967 et des résolutions adoptées par l'ONU que nous rappelons :
La résolution 194 adoptée le 11 décembre 1948 par l'Assemblée générale des Nations unies
décide ; « qu'il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent, de rentrer dans leurs foyers
le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins, et que des indemnités doivent être
payées à titre de compensation pour les biens de ceux qui décident de ne pas rentrer dans
leurs foyers et pour tout bien perdu ou endommagé lorsque, en vertu des principes du droit
international ou en équité, cette perte ou ce dommage doit être réparé par les gouvernements
ou autorités responsables. ».
L'Europe doit exiger que le droit international soit respecté dans cette partie du monde où elle
a d'immenses responsabilités.
Le débat pour les élections du 7 juin doit s'emparer de cette question essentielle au nom de la
paix, des droits de l'homme et de l'équilibre du monde.
Nous sommes déterminés à nous engager à notre niveau dans des actions permettant de créer
les conditions du dialogue pour que la haine laisse enfin place à la fraternité et à la paix dans
l'esprit des nombreux jumelages existants entre des villes françaises et des camps ou villes
palestiniennes.
Tel est le sens des initiatives que nous allons prendre dans les prochaines semaines en relation
avec les forces de paix israéliennes et palestinienne.
Il y a urgence !
Nîmes le 15 avril 2009
Michel Pronesti                                  Jean Paul Boré
Maire d'Aramon                                 Vice-président de la Région
Repost0
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 07:43

Projetons-nous dans un futur proche, ce n'est pas trop difficile. Le budget proposé par la majorité municipale avec baisse d'impôts sera refusé par le Préfet qui reconduira les taux de l'année dernière. L'équipe Baumet criera au scandale et les services de la Préfecture se contenteront de suivre les recommandations de la Chambre Régionale des Comptes. Nous serons donc dans la même situation qu'en novembre-décembre 2008 avec quasiment les mêmes sommes à payer, la seule différence sera que l'on aura un peu plus de temps pour faire face à cette dépense.

Quelles conséquences  pour  ce nouveau désaveu de la gestion Baumet, Colombet, et du fameux cabinet KPMG ?

-         Démission de certains élus majoritaires ayant cru jusqu'à aujourd'hui les sornettes de leur Maire ?

-         Révocation de l'équipe municipale pour ne pas avoir suivi les recommandations de la Chambre Régionale des Comptes, pour avoir continué de faire des dépenses inconsidérées et avoir montré son incapacité à gérer la crise financière ?

On peut l'espérer mais doit-on attendre ces hypothétiques supputations ?

Il y a fort à craindre que le Préfet se contentera comme cette année d'assurer les rentrées d'argent et d'ignorer la crise politique. Quant au noyau dur qui forme la dernière garde rapprochée de Baumet le lâcheront-ils alors qu'ils l'ont jusqu'à maintenant toujours soutenu ?

Certains font des comparaisons avec d'autres communes Hénin-Beaumont, Perpignan...  Notre commune n'est pas dans le même cas de figure, il n'y a pas encore de volet judiciaire, ni de fraude électorale avérée. Donc là encore de ce côté-ci il n'y a rien à attendre.

S'il n'y a pas d'espoir du côté de la justice si les représentants de l'Etat se contentent de la question financière il faut chercher la solution dans le champ politique.

Aujourd'hui quelle est la situation ? Alors que la situation économique de la ville s'aggrave encore, le présent est difficile pour les citoyens et donc un large consensus semble laisser entendre qu'au-delà de quelques irréductibles fans de Baumet l'immense majorité de la population est pour le changement. Cependant ce tableau s'arrête aux limites de la commune  comme si c'était une affaire strictement spiripontaine.

Commençons par le Parti Socialiste. Sur le plan local les dirigeants ont choisi de se fondre dans un groupe dit « apolitique » en contrepartie le Parti Socialiste compte les points sans  rien dire. Il faut qu'un militant localement écrive au Conseiller Général Pissas pour lui dire que le secret médical a des limites et qu'il doit arrêter de faire des certificats médicaux de complaisance. Que dire aussi du silence des élus du Conseil Général (qui siègent dans la même Assemblée que Baumet) ? Le Conseil Général du Gard subventionne les Communes ou les activités sur la commune (par exemple subvention à des organismes d'animation économique comme Trimatec). Comment le CG 30 peut-il donner de l'argent alors que la commune est en pleine dérive, sans mot dire ? On attend le soutien du Président du Conseil Damien Alary. Le Président de la Communauté de communes Rhône Cèze Languedoc Patrice Prat (par ailleurs aussi Conseiller Général) subventionne à hauteur de plusieurs centaines de milliers d'euros la rénovation du théâtre de Pont Saint Esprit. Ne peut-il pas apporter son soutien à notre mouvement alors que les élus spiripontains ne siègent plus dans son institution et doivent pourtant toucher leurs indemnités ? Lors de nos manifestations à RCL seul notre Camarade élu bagnolais Laurent Castanier nous a apporté publiquement son soutien. Ce n'est pas normal. Un tel silence s'assimile à de la complaisance.

Pour ce qui est de l'UMP c'est pire encore. Rappelons-nous qu'il y a encore quelques mois Gilbert Baumet était candidat aux sénatoriales sous les couleurs de l'UMP. Philippe Seguin se répand en qualité de Premier Président de la Cour des Comptes sur le cas spiripontain allant même jusqu'à citer notre commune comme l'exemple à ne pas suivre. Selon nos informations il semblerait que Philippe Seguin soit un possible ministre après le départ notamment de la ministre de la justice Rachida Dati. Philippe Seguin le Président de la cour des comptes écrit mais Philippe Seguin l'homme politique et futur probable ministre reste silencieux. Il a pourtant l'oreille de Sarkozy,  ce Président de la République si prompt d'habitude à réagir sur tous les sujets du fait divers aux problèmes plus importants. Dans l'affaire de Pont Saint Esprit qui a pourtant fait la une de nombreux médias (journaux régionaux et nationaux, radios locales et nationales, télévisions régionales et nationales) la réaction de Sarkozy est longue à venir. Du côté de l'Elysée comme du côté du ministère de l'Intérieur on se hâte pour ne rien faire. C'est vrai que si l'on commence à faire le ménage parmi ceux qui ont mal géré : ça risque d'être contagieux. Par exemple le candidat UMP tête de liste pour notre région pour les élections européennes du 7 juin prochain à savoir Dominique Baudis vient d'être épinglé par une enquête journalistique sur sa gestion de l'Institut du Monde Arabe qu'il préside et qu'il devait redresser après un rapport en 2006 de ... la cour des comptes. Hélas l'assainissement bien commencé a tourné court encore une fois Baudis a fait exploser le budget de la présidence, a fait des dépenses somptuaires (voir notamment les notes de frais pour lui et ... pour sa femme) et a débarqué ceux qui avaient commencé le redressement pour mettre d'autres personnes dont on peut s'interroger sur leurs compétences.

Voilà qui fait désordre on demande à l'UMP de balayer Baumet (récent candidat aux sénatoriales étiqueté UMP) alors que dans le même temps le candidat n° 1 UMP aux prochaines élections européenne souffre, semble-t-il de la même maladie. www.bakchich.info/Les-milles-et-une-nuits-de,07248.html

Certains ont interpellé le député UMP de la circonscription Jean-Marc Roubaud : ils ont bien fait ! Cependant ses réponses ne peuvent satisfaire. Il doit prendre une position plus claire car à l'évidence son constat d'impuissance ressemble à une volonté de ne pas agir !

Avec de telles attitudes on est mal engagé. Devra-t-on poursuivre cette véritable guerre de tranchée contre l'équipe Baumet jusqu'en 2013 ? ou bien une décision politique viendra mettre un terme à cette action bien légitime ?

Sans perspective judiciaire, ni technique on ne peut avoir un recours que du côté du politique. Il est plus que temps que la question soit réellement politique et que chacun assume ses responsabilités. De notre côté nous n'avons jamais mis nos couleurs dans notre poche et n'avons jamais donné des illusions aux gens. Chacun doit en faire de même pour sortir de la crise... et il appartiendra, le temps venu aux électeurs que sont les citoyens et les contribuables d'apprécier les valeurs de probité, le courage et l'honnêteté politique de tous.

Ne perdons pas de vue que le terme politique vient du grec « polis » qui veut dire cité. La politique c'est la gestion de la cité et donc la gestion de la cité est bien une question politique.

Que tout le monde soit enfin clair pour faire taire les corbeaux et autres donneurs de leçons qui se réfugient derrière un apolitisme fade qui cache en fait des postures droitières.

Aujourd'hui les blogs fleurissent et à ceux qui veulent nous ringardiser nous rappellerons que nous avons produit sur le notre (textes, photos, vidéos) avant tout le monde. C'était en ... 2008 !

Ceux qui se dépêchent de se mettre en avant ne doivent pas oublier qu'il faut d'abord débarrasser la commune de son actuelle équipe majoritaire et pour ça il faut faire de la politique ! Nous, nous en faisons à visage découvert et sans ambiguïté !

Votre élu communiste du groupe 100 % à Gauche Jean-Marie Daver

Repost0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 21:12
La majorité municipale sur injonction du ministère de l'Intérieur met en place un comité de suivi du plan de redressement des comptes de la commune de Pont Saint Esprit. Dans la lettre qui a été envoyée à Jean-Pierre Colombet que vous pouvez lire ci-dessous signée par Jean-Marie Daver (élu d'opposition PCF 100 % à gauche) nous vous expliquons pourquoi notre élu accepte d'y siéger et surtout dans quel état d'esprit et sous quelles conditions.

 

Vous comprendrez à la lecture que cette décision ne nous fait pas perdre notre objectif et dans cette perspective nous vous donnons rendez-vous samedi prochain pour une nouvelle manifestation.

 


Jean Marie Daver,
Conseiller Municipal,                                       


                                                                                      

 

à




Mr Jean Pierre Colombet,

Adjoint au maire






Monsieur,


En réponse à votre lettre du 17 courant, j'ai l'honneur de répondre favorablement, au nom du groupe d'opposition que je représente,  à votre proposition de participer  à un comité de suivi du plan de redressement des comptes de la commune.

 

Cette réponse favorable s'inscrit dans la conception de la démocratie citoyenne et de la transparence que je porte avec les amis de ma sensibilité politique. Démocratie qui ne peut s'exercer qu'avec une connaissance approfondie des dossiers que ce comité permettra aux citoyens d'avoir.

 

Je me permets de vous rappeler mes interventions lors des conseils municipaux  et du positionnement que j'ai depuis le début de cette crise, notamment le jour du vote du budget. (Vote négatif de défiance quant à la politique budgétaire de la majorité municipale).

 

Je vous prie de prendre note que cet assentiment pour participer  au comité ne peut en rien être considéré comme remettant en cause notre demande de démission de l'ensemble de la majorité municipale, conduite par G. Baumet, qui porte à nos yeux l'entière responsabilité  de la situation actuelle.

 

Situation d'endettement, reflet d'une gestion à mes yeux calamiteuse. Gestion dont la seule observation de l'état des rues et routes, maintenance des bâtiments publics, propreté de la commune, emplois, est significative avant même d'approfondir la réflexion sur l'état des finances, de la vie associative, sportive ou culturelle.

 


Au contraire, notre participation se veut être  la garantie de la défense des intérêts des citoyen(ne)s de notre commune.

 



Dans l'attente, je vous prie d'agréer, Monsieur,  mes sincères salutations.

 



Pont St Esprit,

le 18 février,

Jean Marie Daver.

Repost0
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 13:43
Jacques Demanse (Maire de Sauveterre), Michel Tortey (secrétaire de la section Gard Rhôdanien du PCF) et Laurent Castanier (Vice-Président de la communauté de communes Rhône, Cèze, Languedoc)

 


Les élus communistes ont manifesté ce 18 février au péage de l'autoroute à Roquemaure pour défendre la « Rhôdanienne », ils défendent les positions suivantes :

Le constat sur le plan de la relance développé par le gouvernement de Nicolas Sarkozy est qu'il n'en est pas vraiment un ! Les recyclages de projets déjà dans les tuyaux sont des mesurettes insuffisantes.

Au passage le Gard Rhodanien est le grand oublié de ces annonces. Au contraire le fait que la deux fois deux voies (Rhôdanienne) n'apparaisse plus dans les plans accroît nos inquiétudes et le sentiment d'abandon de notre territoire. Les aides aux banques et aux milieux d'affaires n'ont eu aucun effet sur la crise si ce n'est d'aggraver les inégalités sociales. Les projets de suppression de la Taxe Professionnelle, de réformes des services publics et d'exonérations d'impôts ne feront qu'accroître les difficultés du plus grand nombre et affaiblir l'Etat et les collectivités locales. Sarkozy en 2008-2009 applique les mêmes recettes que le Président américain Hoover pendant la crise de 1929... avec les mêmes résultats !

Ce n'est pas du tout ce qu'il faut faire : il faut renoncer aux projets de suppression de la Taxe Professionnelle et faire un effort de relance par le pouvoir d'achat comme l'on réclamé les manifestants le 29 janvier et le demandent les Antillais aujourd'hui. Dans le même temps il faut un nouveau plan de relance économique (un vrai celui-là) avec une politique de grands travaux. Dans notre secteur du Gard Rhôdanien les besoins sont importants :

-         La Rhodanienne (2x2 voies) s'inscrit parfaitement dans ces besoins pour le développement économique de notre Région

-         La lutte contre les inondations et notamment la mise en protection des populations et des entreprises doit être financée

-         Les aménagements des gares et de leurs abords dans la perspective de la réouverture de la ligne aux voyageurs sur la Rive Droite du Rhône doivent être réalisés

-         Le Rhône doit être mieux équipé pour favoriser le fluvial notamment à l'Ardoise

-         En complémentarité de la deux fois deux voies, il faut construire un second pont sur la Cèze pour faciliter la traversée à Bagnols sur Cèze.

Voici donc les besoins réels et immédiats indispensables à notre secteur, l'Etat doit entendre le bon sens. C'est la seule voie pour sortir de la crise.

Les mesurettes à la Hoover de Sarkozy montrent leurs limites il convient de passer à une « phase New Deal à la Roosevelt » tel est la position du PCF Gard Rhôdanien.

 

C'est symboliquement à la sortie d'autoroute de Roquemaure dont la naissance est à attribueraux efforts communs du Conseiller Général Communiste de l'époque René Mathieu et du ministre communiste des transports Charles Fiterman que se sont donnés rendez-vous les élus d'aujourd'hui.

Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 16:08

Ceci n'est pas le compte-rendu officiel de la rencontre

à la Préfecture mais un bref aperçu de la manifestation.


Malgré la pluie et le fait que l'on soit un jour ouvrable, une bonne délégation de spiripontains au moins 250 avait pris la direction de l'avenue Feuchères à Nîmes pour rencontrer le Préfet. Les 3 bus étaient pleins et de nombreuses personnes avaient fait du covoiturage.


La délégation composée de 7 personnes comprenant des représentants des groupes de l'opposition municipale et des associations où figurait bien entendu notre élu PCF 100 % à gauche Jean-Marie Daver a finalement été reçue par la directrice de cabinet du Préfet pendant deux bonnes heures.


Il en ressort les 4 points suivants :

  • Va être transmis au ministre de l'intérieur une demande de destitution de la majorité actuelle,
  • Le gouvernement serait prêt à aider financièrement si « les méthodes de gestion de la ville changent »,
  • Pour les impôts des contribuables, l'Etat va demander d'étaler au maximum le paiement mais comme nous le disons depuis le début toutes les sommes sont dues.
  • Enfin sous réserve que les textes juridiques autorisent cette pratique : la Préfecture est prête à s'engager à communiquer à l'opposition les chiffres réels concernant la mairie de Pont.


Voilà ce que nous pouvons dire à la descente du car.


Un compte-rendu commun officiel sera publié dans les plus brefs délais.


 
Repost0
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 11:37

 

Dans sa lettre au Préfet appellant à l'intervention de ce dernier dans le dossier de Pont Saint Esprit Jean-Marie Daver parlait d'un climat délétère. Ce vocabulaire était bien choisi puisque Midi-Libre le reprenait dans son édition d'hier pour rendre compte du fait qu'un coup de fusil aurait été tiré sur la maison de JP Colombet  premier adjoint de la ville et de la garde à vue d'une personne qui s'en serait pris verbalement à Gilbert Baumet. Ces derniers événements se surajoutent aux trois procédures de la majorité contre le groupe Oxygène (piscine Castillon, affaire des mails, plainte Chailloux, Mermet). Délétère était bien l'adjectif approprié pour décrire la situation spiripontaine.
Nous voici donc à la veille de la manifestation dans un climat tendu mais qui, malgré les pressions sera
une réussite.


Plus que jamais le Préfet (maintenant qu'il n'est plus préoccupé par la visite nîmoise du Président de la République) a suffisamment d'éléments pour mesurer la gravité du contexte et répondre favorablement aux demandes (point par point) de Jean-Marie Daver. La balle est dans son camp. 


De toute façon, tout le monde doit bien prendre conscience que du côté du PCF on ne considère pas la manifestation
de demain comme le bouquet final d'un feu d'artifice de mobilisations (novembre, décembre : débats autour du budget, janvier :réception des feuilles d'impôts).


Nous attendons des réponses rapides et sans ambiguité du Préfet tout en travaillant aux actions et réponses à mener pour la semaine prochaine.

 

Repost0
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 13:51
Demander la démission du maire de Pont Saint Esprit suite à l'augmentationexorbitante des impôts et de la gestion calamiteuse de la ville est logique mais on sait très bien que Gilbert Baumet  est cramponné au fauteuil, on pourrait même dire que depuis 37 ans il est soudé au siège !
Ce n'est pas une raison pour ne pas demander cette démission et c'est pourquoi nous vous invitons à être nombreux avec nous ce samedi 17 janvier à la manifestation de protestation pour envoyer un message clair.
Toutefois notre élu municipal Jean-Marie Daver vient d'interpeller le Préfet pour demander la révocation et d'autres mesures indispensables. Vous trouverez la lettre ci-dessous.
N'hésitez pas à faire circuler l'information à inviter vos voisins, amis, connaissances à se mobiliser.


                                                                       
Jean-Marie Daver  
Conseiller municipal
liste 100 % à gauche
9 rue des Mimosas
30130 Pont Saint Esprit




à

 


Monsieur Le Préfet
Préfecture du Gard,
10 avenue Feuchères.
30 000 Nîmes


Monsieur Le Préfet,


                    Monsieur le Préfet, c'est en qualité d'élu municipal de la ville de Pont Saint Esprit que je m'adresse à vous. Vous n'êtes pas sans ignorer la situation financière de la commune de Pont Saint Esprit. J'attire toutefois votre attention sur le fait qu'un climat délétère est en train de s'installer ici depuis la réception de la première partie des impôts locaux. J'en veux pour preuve les protestations improvisées devant la mairie, les réactions épidermiques d'agacement de la population à la permanence ouverte par le maire pour soi-disant renseigner les contribuables, les conversations animées dans les rues, les pancartes qui fleurissent çà et là et enfin les courriers plus ou moins agressifs rendus publics par la presse locale.
                    Afin de canaliser ce « ras-le-bol » et faire entendre les revendications une manifestation est organisée le 17 janvier prochain.

                   Cette colère justifiée ne s'apaise pas car les réponses apportées par le maire ne donnent pas satisfaction. La permanence ouverte en mairie n'a été d'aucune utilité et les justifications sur les raisons de la hausse et sur l'avenir des finances locales ont été démenties soit par la Caisse des dépôts et Consignations, soit par le directeur de l'entreprise Mélox (concernant les rentrées fiscales de cette entreprise). Des dénégations qui ne peuvent pas rassurer les spiripontains.

                     De plus le Maire, pour faire diversion discrédite une partie de l'opposition et l'amène sur le terrain judiciaire contribuant ainsi à alimenter une atmosphère nauséabonde où règne l'idée du « tous pourris ».

                    Tout ceci se passe dans un contexte de crise économique qui fragilise les ménages et inquiète les habitants pour le futur proche. Comment ne pas donner crédit à ces craintes ? Le désengagement financier de l'Etat, les exonérations de Taxe Professionnelle promises dans le plan de relance gouvernemental, les possibles fermetures d'entreprises en difficultés du secteur tout comme les incertitudes qui planent sur les organismes bancaires ne peuvent pas nous rendre optimistes sur les rentrées fiscales pour l'année budgétaire 2009 et dans les années à venir.

                    C'est pourquoi Monsieur le Préfet et avant que la seconde feuille d'impôt n'arrive à Pont Saint Esprit je vous demande solennellement d'intervenir dans ce dossier.

                    Tout d'abord il ne fait plus aucun doute que la majorité municipale n'a plus l'autorité morale pour exercer sa fonction. Est-il besoin de vous rappeler que c'est une condition suffisante pour une révocation ? Les spiripontains, après une hausse de près de 60 % de la taxe d'habitation ne comprendraient pas que l'équipe responsable du naufrage reste à la barre du navire communal jusqu'en 2014 !

                    De plus le Président de la République a demandé aux Préfets pendant la crise économique de surveiller les banques. Or les organismes bancaires portent leur part de responsabilité dans la situation catastrophique des finances de Pont Saint Esprit. Il est donc, selon moi, de votre devoir de faire pression sur les organismes bancaires afin d'alléger la dette de notre commune. Nous ne pouvons pas laisser la population locale sans solution et dans la désespérance.

                    Elu minoritaire, je fais face à mes responsabilités, chacun à son niveau doit assumer les siennes. Croyez bien, Monsieur le Préfet que l'attente est forte que l'on ne doit pas la décevoir.

                    Si nos démarches ne devaient pas aboutir, avec un certain nombre de concitoyens nous envisageons sérieusement une action en justice afin de déterminer la part de responsabilité des uns et des autres, y compris celle de l'Etat qui a laissé « pourrir » la situation malgré les différents rapports de la chambre régionale des comptes.

                    Encore une fois, Monsieur le Préfet en tant qu'élu de la République je veux croire que le représentant de l'Etat que vous êtes saura mesurer le caractère indispensable d'une action pour débloquer la situation.


                    Je me tiens à votre entière disposition pour d'éventuelles informations complémentaires.



Dans l'attente de votre réponse, recevez Monsieur le Préfet l'expression de mes sentiments dévoués.


Pont Saint Esprit, le,12 janvier 2009


Jean-Marie Daver,

Conseiller Municipal

de Pont Saint Esprit

Repost0

Présentation

  • : BLOG SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • BLOG  SECTION GARD RHODANIEN du PCF
  • : Les activités et les réflexions des militants communistes et des élu(e)s du P.C.F section du Gard Rhodanien.
  • Contact

Recherche